Trois jours après, je peux enfin avouer avoir succombé - en partie - aux multiples tentations du weekend.

Comment tenir sans sucre quand on mange à l'extérieur: chez des amis, avec la famille, etc?

C'est dur! Surtout quand il n'y a pas d'option sans, et quand l'offre se résume à du pain blanc ou des croissants au petit déjeuner, à un buffet de petit fours, farine blanche+beurre+fromage ou farine blanche+beurre+sucre. Donc j'ai mangé un peu de tout, mais le moins sucré possible. 

Pour tout avouer, je n'avais même pas envie de manger des gâteaux. Je me sentais frustrée de ne pas avoir accès à mes aliments fétiches. Pas d'amandes (sauf celles du baptême), pas de flocons d'avoine, pas de fruits et légumes bio, peu d'options végétariennes. Pas de tisanes exotiques (je déplore le manque d'imagination des bars français: en tisane, c'est toujours tilleul ou verveine...).

Depuis, j'ai repris le rythme. Mardi a été particulièrement difficile. Des fringales fréquentes et régulières. Mercredi (aujourd'hui), je suis une boule de nerfs...

Comme si j'étais habitée par une bête sauvage prête à dévorer.

Pourvu que la situation s'améliore...